AC Milan 0-3 Inter Milan : signé Conte

Écrit par F.Toniutti, le 23 février 2021 à 01:14. Mis à jour le 8 mars 2022 à 17:19.

AC Milan 0-3 Inter Milan : signé Conte

Il y avait bien longtemps que le derby milanais n’avait pas été synonyme de match au sommet et de lutte pour le Scudetto. À défaut d’offrir une rencontre à suspense, il a été l’occasion pour l’Inter d’asseoir sa supériorité sur son dauphin et de prendre le large en tête de la Serie A.

À l’exception d'Ismaël Bennacer, sorti blessé à Belgrade trois jours plus tôt, c’est un Milan au complet qui s’est avancé sur “sa” pelouse de San Siro. Par rapport au déplacement à La Spezia le week-end dernier (victoire 2-0), deux joueurs entraient dans le onze de départ en 4-2-3-1 : Davide Calabria sur le flanc droit de la défense et Sandro Tonali dans l’entrejeu à la place de Bennacer. 

Du côté de l’Inter, aucune surprise à signaler non plus. N’ayant plus de coupe d’Europe à gérer en semaine, Antonio Conte a pu reconduire le onze qui était venu à bout de la Lazio la semaine précédente (3-1). Un choix qui a notamment permis à Christian Eriksen d’enchaîner une deuxième titularisation d’affilée en Serie A. Une première pour le Danois depuis le mois d’octobre. 

Les sorties de balle de l’Inter, encore et toujours

C’est désormais une habitude : à chaque fois que l’Inter est à l’affiche d’une rencontre, il installe un rapport de force dans sa propre moitié de terrain. D’un côté, ses sorties de balle. De l’autre, le pressing adverse. Parfois, l’autre équipe refuse la bataille et préfère laisser venir les Nerazzurri en espérant les bloquer dans l’entrejeu, quand ce n'est pas plus bas sur le terrain. 

Mais ça n’a pas été le cas du Milan, qui avait dès les premières secondes de jeu l’ambition de stopper très haut la progression de son adversaire. Le 4-2-3-1 de Stefano Pioli se calquait ainsi sur le 3-5-2 d'Antonio Conte pour ne laisser aucune solution dans l'axe du terrain. 

En noir, Ibrahimovic est sur De Vrij et Calhanoglu sur Brozovic. Dans les demi-espaces au moment de la première transmission, Rebic et Saelemaekers sortent sur Skriniar et Bastoni s’ils sont servis. Au milieu, Tonali (à l’écran) et Kessié suivent les mouvements d"Eriksen et Barella. 

Comme beaucoup d’autres formations, les Rossoneri sont malheureusement pour eux tombés dans le piège des décrochages intéristes, qui aspirent des joueurs très haut sur le terrain et créent des espaces pour Nicolo Barella, Romelu Lukaku, Lautaro Martinez ou les

Sur desktop et mobile : 4,99 € par mois ou 39 € par an, sans engagement

S'abonner